Google Marketing Next 2017

Google Marketing Next 2017

Google a tenu sa grande messe pour ces produits publicitaires : le Google Marketing Next, mardi 23 mai 2017. Au programme, nouvelle interface Adwords, nouvelles audiences de recherches, Google Attribution, extension locale, AMP, Google Optimize, Google Surveys et, finalement, Google Assistant.

Read More

L’AMP ou le web mobile selon Google

 

L’AMP (Accelerated Mobile Page) est lancé officiellement depuis le 24 février. Cette technologie, propulsée par Google avec l’aide de plusieurs partenaires comme Twitter, est censée améliorer le chargement des pages web sur support mobile.

mobile amp
AMP Sur Mobile

Cette technologie repose sur 3 piliers :
– le HTML AMP
– l’AMP JS
– le Google AMP Cache.

Son fonctionnement est simple, la priorité est donnée au chargement du contenu. Cela répond à une problématique globale : un temps de chargement long entraîne un taux de rebond plus élevé, plus particulièrement pour le mobile.
Le code AMP HTML est simplifié en retirant tous les éléments qui peuvent ralentir le chargement. Même la balise <img> est retirée pour être remplacée par un équivalent améliorant les performances de chargement.

AMP_Arguments
Les arguments pour l’AMP

Deuxième point technique, l’AMP JS est optimisé pour améliorer le rendu des pages. Néanmoins, les contraintes font que tout code JavaScript demandant un script externe soit asynchrone, que les autres éléments comme des iframes ou des embeds soient en sandbox, le prérendu de chaque élément avec les ressources soient chargées et la désactivation des sélecteurs CSS lents.

Ensuite, Google permet d’utiliser leur CDN permettant ainsi encore d’accélérer les chargements mobiles (et l’on retrouve l’intérêt du prérendu pour charger la quasi-totalité d’un site).

Dans une optimisation webmarketing et étant parmi les leaders dans le domaine, l’AMP est compatible avec les principales régies connues dont voici la liste. De la même manière, le format AMP est compatible avec les solutions analytics.

L’AMP semble une solution viable pour intégrer rapidement le web mobile. Orienté plutôt contenu, il évolue déjà et s’oriente déjà vers l’e-commerce. Son développement avance rapidement, très rapidement… Peut-être trop ?

Des voix se lèvent contre l’apparition d’une évolution du HTML, ce qu’est l’AMP. Même s’il répond à un besoin, on peut se demander jusqu’où peut aller Google pour l’imposer sur le Web, au W3C et aux acteurs du web.
Car, au-delà de la technique et des possibilités offertes, l’AMP est surtout une réponse à d’autres formats « propriétaires » que sont Apple News et Facebook Instant Articles.
PS : je change un peu le format de mon blog. Suite à des contraintes professionnelles et personnelles, je n’ai pas le temps de faire un suivi hebdomadaire de l’actualité autour du Web. Je vais donc faire des billets un peu moins réguliers, mais contenant, je l’espère, un peu plus de fond.

(s15) Que s’est-il passé sur le web ?

Cette semaine a principalement été marquée par l’évènement F8 de Facebook.

Beaucoup de choses à retenir autour des nouveautés du réseau social :
les Instants Articles sont ouverts à tous les éditeurs. Cette ouverture permet de concurrencer de face l’AMP comme «
plateforme » mobile de publication de contenu,
les partages du contenu de marque améliorés et l’apparition de la native advertising, pour permettre aux influenceurs et aux marques de proposer du contenu en partenariat et récolter mutuellement la portée de celui-ci,
une amélioration de la plateforme de notifications et d’analytics pour les développeurs sur la plateforme, offrant ainsi aux développeurs une boîte à outils plus importante pour la « monétisation » des applications Facebook et permettant de pousser les solutions d’applications sur le réseau social,
une intégration des bots dans l’application messenger et à travers le réseau, permettant une meilleure interaction entre l’application Messenger et les marques ainsi qu’une meilleure monétisation de la messagerie instantanée du réseau social.
Il s’agit réellement d’une opération séduction de la part de Facebook qui voit ses utilisateurs poster de moins en moins de contenu et où la publicité est de plus en plus présente.
On peut donc se demander jusqu’où ira le réseau social dans la monétisation de son service tout en ne sacrifiant pas le lien qui peut exister entre les différents utilisateurs.

Du côté de Google, nous avons pu remarquer que celui-ci s’intéresse de plus près au contenu des pages cibles, notamment pour signaler si le site est probablement un « scam » .

Ensuite, du côté webmarketing,l’interaction entre Google Analytics et Google Adwords a été augmentée. Ceci fait suite à la synergie que propose Google avec sa nouvelle solution complète qu’est Analytics 360 Suite et les refontes qui y sont associées.
Toujours dans le domaine du webmarketing, Adobe a décidé de passer à l’offensive du point de vue communication en diffusant une publicité faisant la promotion de leur solution Cloud Marketing.

https://youtube.com/watch?v=HGb6NQMeZ-c

Finalement, dans le domaine de l’ASO (App Store Optimization), Apple chamboulerait son App Store pour permettre une meilleure visibilité contre finance. Néanmoins, l’impact serait limité lorsqu’on sait que 50% des téléchargements d’applications mobiles se font à partir des SERPs

Que s’est-il passé cette semaine sur le web ? (Semaine 13)

Encore une semaine riche en nouveauté sur le web : des refontes, des rumeurs, des améliorations et des polémiques.

Lundi, première news : Google va refondre Adwords. Gardez votre calme, pas de refonte du fonctionnement, juste une refonte graphique. Sans doute l’adaptation au Material Design qui commence à débarquer également sur Chrome.

Il faut se souvenir qu’Adwords a un peu plus de 15 ans et qu’avec l’ajout de fonctionnalités, l’outil peut paraître un peu compliqué pour les nouveaux venus, tout en sachant que la dernière refonte graphique remonte à 2008. L’objectif : se recentrer sur les besoins marketing, améliorer la visibilité malgré l’ajout de fonctionnalités et redonner un coup de jeune pour faire d’Adwords la plateforme du futur.

En parlant de futur, il semblerait que le desktop en ait toujours un : une étude montre que le search sur desktop soit toujours en croissance. Une croissance de 12 % sur l’année 2015, de quoi éviter de négliger la plateforme alors que nous sommes dans un raisonnement « mobile-first » voire « mobile-only ». Cette étude montre également que les personnes passent plus de temps sur les moteurs de recherche (+24 %), mais le temps et le nombre de pages vues par visite sont en déclin, respectivement -8 % et -17 %. On peut supposer donc que les réponses sont plus pertinentes par rapport aux recherches des internautes.

Pendant ce temps-là, dans l’univers des réseaux sociaux, Twitter fait encore parler de lui. Dans leur quête à la rentabilité et à l’attractivité, Twitter a lancé finalement un code de tracking universel permettant de suivre les conversions et la segmentation.
Du point de vue du service, nous pouvons dès maintenant ajouter une description de 420 caractères à une image, permettant ainsi aux personnes malvoyantes de profiter d’une grande partie de l’expérience Twitter.

L’autre réseau social qui a fait parler de lui cette semaine est Snapchat, l’application préférée des adolescents. Une mise à jour importante, appelée Chat 2.0, a été faite de manière à augmenter l’interactivité entre 2 personnes via la vidéo ou l’audio, entrant ainsi en concurrence directe avec Skype et FaceTime. Cela lui permet également de garder une longueur d’avance par rapport à Facebook Messenger.

Dans un tout autre domaine, Apple a lancé Safari Technology Preview. Une sorte de bêta de Safari, mise à jour régulièrement, comportant un moteur de rendu toujours aux dernières normes du HTML 5, JavaScript, permettant ainsi aux développeurs front-end d’avoir un « concurrent » de Chrome et un nouvel outil.

Finalement, cette semaine était celle du 1er avril et je tenais à terminer ce billet par la polémique qu’a provoquée le poisson d’avril de Google, enfin Gmail. Leur initiative était d’ajouter à chaque fin de message un Mic Drop d’un Minion. Malheureusement, l’outil étant utilisé professionnellement et l’option étant active par défaut, certains n’ont pas apprécié la blague et donc : bad buzz.
Sur ce, à la semaine prochaine.

La semaine 12 du web

C’est avec un peu de retard que je vais vous parler des différents éléments qui ont animés selon moi le web pendant cette semaine passée.

Dans un premier temps, parlons de Twitter qui a soufflé sa dixième bougie mais qui reste chancelant devant le besoin de rentabiliser le service mais également sur l’obtention d’un meilleur engagement, sans perdre sa particularité.
Profitant de leur anniversaire, Twitter a annoncé également First View en France.


Le principe, se réserver un emplacement en haut de page pour un tweet permettant ainsi d’augmenter le reach et peut être l’engagement.

Nous avons pu voir également une réponse d’Adobe à l’offensive de Google sur le Web Analytics. De manière à contrer la base de données de Google en terme de connaissance utilisateurs, Adobe lance une coopérative dans son Cloud Marketing. L’objectif : améliorer le ciblage des publicités sur les différents appareils que peut avoir une seule et même personne. Ce service est, pour l’instant, uniquement disponible aux États-Unis et au Canada.

Cette semaine marque aussi le lancement sur les différents médias français d’une campagne anti-adblock. Ils suivent la tendance qui a été lancée par les médias allemands ou anglais. On peut apprécier la créativité de certains.

Finalement, je terminerai sur un bilan (en anglais). Cela fait pratiquement un mois que Google a supprimé la barre de droite sur les SERPs. Le bilan est moins impactant qu’on ne le pensait : le CPC n’a pas explosé mais est plutôt stable, le CTR a augmenté, les impressions ont diminué (ce qui est logique) et le trafic reste stable. Bref, tout le monde a gagné au change !

Voici pour ce que j’ai retenu pour cette semaine !